Les gains de productivité de l’agriculture ne profitent que partiellement aux agriculteurs

Un article de J.-F. Boussemart publié par The Conversation en février 2024 indique qu’entre 1959 et 2022, les gains de productivité de l’agriculture française (figure) ont contribué à 70 % de la création de valeur du secteur (94 milliards d’euros 2014). Les autres contributeurs sont les fournisseurs de consommations intermédiaires (15 %), l’État (11 %) et les propriétaires fonciers (4 %). Cette création de valeur a bénéficié aux producteurs agricoles (38,9 %), aux salariés (7,7 %), aux équipementiers (2,2 %) et à l’ensemble des clients (51 %) que sont les industries agroalimentaires, la grande distribution et les consommateurs finaux de produits agricoles.

L’auteur indique qu’une évolution du secteur et de sa structure serait nécessaire pour permettre une distribution plus juste des gains de productivité, notamment au bénéfice des exploitants agricoles. Il en appelle notamment à la responsabilité des consommateurs, tout en indiquant que les maillons aval (ex. industrie, grande distribution) n’ont pas totalement répercuté leurs gains par des baisses des prix à la consommation.

Évolution de la production, des coûts et de la productivité de l’agriculture française (base 100 en 1959, prix constants 2014)Source : The Conversation, d’après J.-P. Boussemart

Source : The Conversation

image_pdfimage_print