Pour une nouvelle science des systèmes alimentaires durables

L’International Panel of Experts on Sustainable Food Systems (IPES-Food), groupe d’experts internationaux soutenu par la Fondation Daniel et Nina Carasso, créé en mai 2014 et présidé par Olivier De Schutter et Olivia Yambi, a rendu public en mai son premier rapport The new science of sustainable food systems – Overcoming barriers to food systems reform. Pour ces experts, faire évoluer les systèmes alimentaires vers davantage de durabilité nécessite de développer de nouveaux paradigmes scientifiques et de produire une image cohérente de ces systèmes et de leur économie politique.

Le rapport trace tout d’abord les contours d’un nouveau cadre d’analyse des systèmes alimentaires : réseaux d’interactions, synergies et boucles de rétroactions entre acteurs ; diversité des politiques ayant un impact potentiel (cf. schéma ci-dessous) ; relations de pouvoir et économie politique des systèmes. La nécessité de comprendre la durabilité des systèmes alimentaires à différentes échelles et de façon holistique est également mise en avant.

Some of the potential policy influences on food systems

IPES-Food.jpg

Source : IPES-Food

La seconde partie du rapport pose les principes d’une nouvelle science transdisciplinaire sur les systèmes alimentaires durables, à même de produire les savoirs pour accompagner la transition. La troisième partie considère quant à elle les initiatives passées et présentes, à l’interface entre science, politique et pratique.

En conclusion, pour l’IPES-Food, la fragmentation (politique, thématique) des initiatives est un risque majeur. L’enjeu est ici de faire en sorte que celles-ci travaillent ensemble afin d’unifier les espaces de gouvernance alimentaire, notamment en internalisant un mode systémique d’analyse et en élargissant le cadre thématique de questionnement. Par exemple, le changement climatique doit être pleinement pris en compte dans des études centrées sur l’amélioration des trajectoires nutritionnelles. Établissant un parallèle avec les travaux de l’IPCC sur le climat, le groupe d’experts pose qu’une masse critique de preuves doit être atteinte et transposée en recommandations politiques afin de créer une dynamique de transformation des systèmes alimentaires. Enfin, le rapport insiste sur l’interconnection entre science et praticiens.

Julia Gassie, Centre d’études et de prospective

Source : IPES-Food

 

image_pdfimage_print