Le réveil écologique : prise de conscience et action pour la nature dans le monde

Une étude de l’Intelligence Unit de The Economist (EIU), publiée en mai 2021 et commandée par WWF, montre la préoccupation croissante du public pour la biodiversité et la nature, à travers le monde, entre 2016 et 2020. L’étude s’appuie sur une enquête, réalisée par GlobeScan, portant sur l’engagement, la sensibilisation et l’action en faveur de la nature dans 54 pays représentant 80 % de la population mondiale. Elle repose aussi sur une analyse des médias sociaux, de l’actualité (cf. figure ci-dessous) et de recherches Google.

Couverture médiatique mondiale des manifestations en faveur de la nature (dans les 54 pays étudiés)

écologie,environnement,plastique,nature

Source : The EIU

Lecture : en ordonnées, le nombre d’articles couvrant les manifestations (en milliers). Le pic en 2019 est notamment expliqué par l’accroissement de l’activisme mondial (cf. mouvement « Extinction Rebellion ») et en octobre par la couverture médiatique des actions coordonnées dans les aéroports, les autoroutes et les rues.

D’après l’EIU, le nombre de conversations mentionnant la perte de biodiversité sur Twitter a augmenté de 65 %, montrant le développement de l’activité numérique sur ce thème. Le changement d’attitudes des consommateurs est lui aussi perceptible à travers l’augmentation de 71 % des recherches en ligne sur les produits durables. Le rapport apporte également des résultats à l’échelle des pays, mettant en lumière une accélération des préoccupations dans ceux qui sont « en développement ». C’est le cas en Indonésie, premier producteur d’huile de palme, et en Inde où les recherches Google sur la perte de biodiversité et la nature ont augmenté respectivement de 53 % et 190 %, contre seulement 16 % au niveau mondial. En Inde, la demande en produits biologiques a augmenté de 13 % depuis 2018. Ce pays compte, en outre, le plus grand nombre d’entreprises engagées dans la mise en œuvre des Science Based Targets visant à réduire leurs impacts environnementaux. D’après les auteurs, la demande des consommateurs semble progressivement pousser les industries à adopter des pratiques durables.

Face à cette prise de conscience et à la pression des citoyens, de nouvelles politiques publiques plus strictes sont adoptées dans le monde. L’une des réussites militantes les plus significatives est la mise sur l’agenda du problème des déchets plastiques avec l’adoption, dans 127 pays, de lois limitant les plastiques à usage unique, suite à des protestations, un peu partout dans le monde, sur leurs impacts. Depuis 1972, le nombre de lois environnementales a, de plus, été multiplié par 38 selon les Nations unies. D’après les auteurs, un écart persiste cependant entre l’inquiétude croissante de la population pour la perte de biodiversité et le développement de politiques ambitieuses, ainsi que leurs applications efficaces.

Salomé Sengel, stagiaire au Centre d’études et de prospective

Source : WWF

image_pdfimage_print