Forêts dans la tempête et autres colères de la nature, John Muir

Muir.jpg

En 2016, Charles Foster a publié un livre étonnant (Dans la peau d’une bête, traduction française 2017), où il décrivait le paysage et la vie « tels que les perçoivent un blaireau, une loutre, un renard, un cerf et un martinet ». De telles immersions naturalistes ne sont pas inédites et de nombreux auteurs, dans l’histoire, ont essayé de transcrire ce que ressent un animal, un végétal ou tout autre élément naturel. C’est aussi ce que propose ce recueil de textes nouvellement traduits ou retraduits du voyageur-botaniste John Muir (1838-1914), pionnier reconnu de la pensée écologique et des politiques environnementales.

Pour lui, on ne devait pas se contenter de traverser, observer ou analyser une montagne, une prairie ou une rivière, il fallait aussi les éprouver de l’intérieur, se fondre en elles. Ainsi, dans le premier écrit, il nous raconte ses heures passées à la cime d’un grand sapin pour comprendre ce que vivent les arbres en pleine tempête : balancements et vibrations jusqu’aux racines, musique éolienne, prise du « pouls du vent ». Un autre texte décrit sa survie difficile dans une tempête de neige, l’assombrissement du ciel et les bourrasques aveuglantes, la brusque arrivée du froid et de la grêle, les fumerolles réchauffantes de quelques sources chaudes et, après une nuit de demi-conscience à attendre la mort, le « fair-play indéfectible de la Nature » nettoyant le ciel et ramenant des étoiles à « l’éclat pur et placide ». Dans ses autres récits des colères de la nature, il est tour à tour emporté par une avalanche, entouré d’éclairs d’orage, secoué par un tremblement de terre, spectateur d’un grand incendie, « tonnant et grondant comme des chutes d’eau », qui transforme de vaillants séquoias en « mâts morts ».

Cette façon avant-gardiste de se fondre dans la nature, d’être littéralement la nature, est restée tout à fait moderne. Elle anticipait même de beaucoup sur les attitudes actuelles consistant à « prendre des bains de forêt » ou à prétendre fusionner avec les éléments. Pour Muir, se couler dans la peau d’un oiseau ou d’un arbre était la meilleure façon de comprendre l’environnement. C’était aussi une manière radicale de resituer l’humain, petite partie du grand tout de la Terre – déchaînée ou pas – qui nous enveloppe et nous contient. Une nature parfois violente mais pas méchante, dangereuse mais pas mauvaise. Muir était panthéiste mais certainement pas animiste, et contrairement à beaucoup de nos contemporains qui personnifient le monde vivant et croient qu’il « se venge », il n’aurait pas commis l’erreur de prêter des intentions néfastes aux événements, qu’il s’agisse de l’infiniment grand du réchauffement climatique ou de l’infiniment petit du coronavirus…

Bruno Hérault, Centre d’études et de prospective

Lien : Éditions Payot

image_pdfimage_print