Une bipolarisation croissante de l’emploi qui se traduit également au niveau territorial

L’Insee a récemment publié une analyse, basée sur le recensement de la population, de la bipolarisation des emplois en France selon les territoires. De plus, un document de travail approfondit l’hypothèse d’un lien entre le développement des nouvelles technologies et l’augmentation de la demande de cadres ou d’emplois non qualifiés, accentuant des disparités territoriales. Le marché de l’emploi paraît fortement territorialisé, reflétant l’évolution des secteurs d’activité. La diminution des emplois ouvriers, imputable à la concurrence internationale, a été sensible dans les régions où l’activité y était la plus exposée (textile, métallurgie). En revanche, là où l’emploi ouvrier est surtout agricole ou agroalimentaire, il a mieux résisté. Les emplois peu qualifiés de ce secteur, faiblement délocalisables et/ou peu automatisables jusqu’à présent, se sont maintenus : la proportion d’ouvriers non qualifiés augmente en s’éloignant des villes, et atteint 25 % dans les grandes régions viticoles.

Évolution de la part des ouvriers non qualifiés par type de territoire en France métropolitaine (en %)

Insee.jpg

Source : Insee

Dans le même temps, les emplois de services peu qualifiés (essentiellement services à la personne et commerces de proximité) se sont fortement développés, mais pas dans les régions où l’emploi ouvrier a le plus diminué, expliquant une partie de l’augmentation du taux de chômage dans ces territoires. De fait, leur croissance est surtout dépendante de la demande de services (vieillissement, travail des femmes, commerce), et n’est pas liée à la diffusion des TIC.

Source : Insee, Insee

image_pdfimage_print