Quels impacts des politiques européennes sur la terre ?

L’Agence européenne pour l’environnement a publié, avant l’été, un rapport sur les impacts directs et indirects des politiques européennes sur la terre, dans lequel elle propose une méthode pour l’évaluation de ces impacts. Elle l’expérimente ensuite sur deux études de cas en Pologne et en Espagne. Cette étude intervient dans un contexte où l’Union européenne (UE) a, dans le cadre de son septième programme d’action pour l’environnement, un objectif de préservation des sols (réduction de leur érosion, augmentation de leur matière organique, limitation de l’étalement urbain).

AEE.jpg

L’évaluation d’impacts directs ou indirects s’appuie sur une méthode qui prend en compte la « chaîne » des politiques européennes : développement régional ; cohésion économique, sociale et territoriale ; politique agricole et développement rural à l’échelle des États membres. Les auteurs signalent que cet exercice d’évaluation a été complexifié par l’évolution des politiques au cours de la période analysée. Le rapport n’a in fine pas pu aboutir à des résultats quantitatifs globaux pour l’UE, tant les impacts sur les terres dépendent du contexte national, régional et local de la mise en œuvre des programmes européens.

L’étude de cas sur la Pologne en est une excellente illustration. Les évaluateurs y ont analysé les impacts de la politique de cohésion de l’UE sur les terres, en se concentrant sur les dépenses liées aux infrastructures de transport. La Pologne a en effet été le plus grand bénéficiaire dans le domaine de la cohésion économique, sociale et territoriale depuis 2007. Les politiques européennes y ont joué un rôle majeur dans l’élaboration des schémas d’aménagement du territoire, avec notamment la construction de nouvelles routes. Cependant, l’absence de législation foncière nationale a constitué un obstacle majeur à la promotion de politiques durables d’aménagement du territoire protégeant à long terme les terres. La politique européenne de cohésion a également accentué l’imperméabilisation des sols et contribué à l’étalement urbain. Il convient toutefois de souligner que de tels effets antagonistes sont caractéristiques de la construction d’infrastructures routières, quelle que soit leur source de financement.

Céline Fabre, Centre d’études et de prospective

Source : Agence européenne de l’environnement

image_pdfimage_print