Une étude met en évidence des cas d’étiquetages erronés en pet food aux États-Unis

Des chercheurs du programme « Science alimentaire » de l’université Chapman viennent de publier, dans le journal Food control, une étude mettant en évidence des étiquetages erronés sur des boîtes à base de viandedestinées à l’alimentation des animaux de compagnie (pet food).

L‘industrie du pet food est un marché de plus en plus important aux États-Unis : il représente un volume de 258 millions de dollars, sachant que 75 % des familles ont un animal de compagnie et que chaque foyer dépense en moyenne 500 dollars par an pour son animal. Le contrôle réglementaire des pet food à base de viande dépend de la Food and Drug Administration (FDA) et de l’Cette étude a été initiée suite à la découverte en 2013, en Europe, de viande de cheval introduite frauduleusement dans des produits à base de viande hachée destinés à la consommation humaine. D’après l’une des co-auteurs, Rosalie Hellberg, le premier objectif de ces travaux était de s’assurer de la qualité sanitaire et nutritionnelle de ces denrées (notamment absence d’allergènes).

Le deuxième objectif était de vérifier de quelles espèces animales provenait la viande utilisée dans ces produits, et de s’assurer en particulier de l’absence de viande de cheval dans le pet food. Sur la base de tests ADN réalisés pour chaque échantillon collecté (52 au total), pour la recherche de différentes viandes (bœuf, chèvre, agneau, poulet, oie, dinde, porc et cheval), l’étude a mis en évidence dans 20 cas un étiquetage erroné de l’espèce D’après les auteurs, malgré la réglementation existante, l’augmentation du commerce international dans le domaine alimentaire pourrait amplifier la survenue de fraudes.

Madeleine Lesage, Centre d’études et de prospective

Source : Science Daily

 

image_pdfimage_print