Le premier rapport de l’Organisation mondiale de la santé sur l’antibiorésistance

L’OMS a publié le 30 avril 2014 son premier rapport sur l’antibiorésistance, issu de données de 114 pays. À cette occasion, Keiji Fuguda, sous-directeur général pour la sécurité sanitaire, a rappelé l’importance de cet enjeu international : le monde pourrait être confronté à une « ère post-antibiotique », impliquant, comme à l’époque « pré-antibiotique », que des infections bénignes puissent être fatales, faute d’antibiotique efficace.

Si le rapport estime prioritaire le risque direct pour la santé humaine, il ne néglige pas pour autant le risque pour la santé animale : ce risque doit être perçu en tant que tel, mais aussi et surtout en tant que facteur aggravant de la problématique « santé humaine ». Le phénomène d’antibiorésistance de germes animaux entraîne des baisses de production alimentaire consécutives aux maladies animales difficilement traitées, mais il peut surtout donner lieu à des transferts de résistances à l’homme, via la chaîne alimentaire ou le contact homme-animal. Keiji Fuguda signale également les lacunes de connaissance existantes sur les mécanismes de transferts inter-espèces.

Par ailleurs, le rapport souligne l’importance de la surveillance organisée des antibiorésistances chez les principales bactéries en cause. Or, si cette surveillance est bien rodée en Union Européenne et dans la plupart des pays occidentaux, il est préoccupant de constater un manque de données en provenance des régions du monde où les risques liés à l’antibiorésistance sont majeurs.

Enfin, pour pallier l’absence d’antibiotiques nouveaux depuis le début des années 1990, le rapport propose qu’une collaboration entre gouvernements et laboratoires pharmaceutiques soit envisagée pour encourager la recherche.

Madeleine Lesage, Centre d’études et de prospective

Source : OMS

image_pdfimage_print