Production française d’agrocarburants et conséquences en matière d’affectation des sols

L’Assemblée nationale a publié, en janvier 2020, le rapport d’une mission d’information sur les agrocarburants. Celle-ci, conduite en 2019, visait à dresser un état de la situation actuelle, identifier les points de blocage et recenser des pistes d’évolution pour le développement des agrocarburants en France. La mission a conduit dix-huit auditions et reçu des contributions écrites.

Les auteurs notent un contexte mondial porteur du fait de l’urgence climatique (voir figure, pour l’exemple de l’Union européenne). Ils rappellent que les agrocarburants émettent 65 % à 70 % de gaz à effet de serre en moins que les carburants conventionnels, et que le coût de leur production est moins dépendant du pétrole. Malgré cela, ils s’interrogent sur le faible intérêt des constructeurs automobiles pour les agrocarburants, qui se traduit par une production française de bioéthanol réduite (11 millions d’hectolitres contre 600 millions aux États-Unis).

Pour mieux prendre en compte l’intérêt climatique des agrocarburants, les auteurs incluent dans leur réflexion les changements d’affectation des sols induits (directement ou non) par l’augmentation de la demande. En effet, il peut en résulter une libération du carbone stocké dans le sol et ainsi une fuite qui diminue l’intérêt de ces agrocarburants en termes climatiques. Cette limite a été modélisée par l’ADEME (modèle MATSIM-LUCA), démontrant que l’augmentation de l’utilisation de biodiesel en France, entre 2004 et 2009, aurait fait augmenter de 31 000 ha la surface française cultivée en oléagineux (dont 25 000 ha de colza), et, à l’échelle mondiale, de 1,1 million d’ha la surface cultivée en oléagineux (correspondant à une conversion de 620 000 ha de céréales et une entrée de 443 000 ha dans les grandes cultures).

Sur ces bases, les auteurs proposent des pistes, en particulier sur les plans législatif, fiscal et réglementaire : déplafonner l’incorporation à 7 % des agrocarburants de première génération ; indicer les soutiens fiscaux sur le CO2 économisé par rapport aux carburants classiques ; intensifier l’effort de recherche sur la production de biocarburants à partir de résidus et d’algues. Ils rappellent également au Parlement la nécessité de légiférer, pour favoriser les filières françaises par rapport aux importations d’huile de palme, jugée inacceptable en tant qu’agrocarburant du point de vue sociétal comme environnemental.

Évolution de la production primaire de biocarburants liquides dans l’UE sur la période 1990-2017

Biocarburants.jpg

Source : Assemblée nationale

Vincent Hébrail-Muet, Centre d’études et de prospective

Source : Assemblée nationale

image_pdfimage_print