Politique agricole commune et « données retardataires »

Dans un article publié par la revue d’anthropologie Techniques & Culture, L. Magnin (université Paris-Est et ENS-Lyon) livre un aperçu de sa thèse en cours sur l’écologisation des politiques agricoles vue à travers le prisme des haies. Il s’intéresse aux retards de paiement des aides PAC suite aux difficultés de refonte du registre parcellaire graphique (RPG) : cette pièce centrale du système intégré de gestion et de contrôle, dont l’unité de référence était l’îlot de culture, a dû intégrer et « numériser des composantes paysagères de plus en plus petites » (ex. : mares, cours d’eau, bosquets, haies).

Son enquête de terrain, menée dans les services chargés de l’instruction des demandes d’aides, de l’alimentation du RPG et du paiement aux agriculteurs (services d’économie agricole des Directions départementales des territoires – DDT, Institut géographique national – IGN, Agence de services et de paiement – ASP), et des entretiens avec des acteurs impliqués dans le chantier de refonte du RPG, lui permettent de proposer deux explications de ces retards. L’une tient, selon lui, à l’organisation et à la gouvernance du chantier, constat qui recoupe des conclusions de la Cour des comptes. L’autre est liée à la complexité de la numérisation, et en particulier à « la sous-estimation, quantitative et qualitative, du travail de mise en données auquel ont œuvré des centaines de  »photo-interprètes » ».

Capture d’écran du « registre parcellaire graphique » (RPG) sur le site de déclaration Telepac

RPG.jpg

Source : Techniques & Culture

Source : Techniques & Culture

image_pdfimage_print