Des expériences économiques pour évaluer la Politique agricole commune : création d’un groupe de travail international à l’université d’Angers

workshop.jpg

Source : université d’Angers – GRANEM

Les 6 et 7 juin derniers s’est tenu, à l’université d’Angers, un atelier de réflexion sur l’usage des expériences économiques pour évaluer la Politique agricole commune (PAC). Ce groupe de travail, co-financé par l’Inra et l’université, a réuni des chercheurs européens en économie expérimentale et des représentants d’institutions européennes et internationales, pour discuter du potentiel de ces méthodes pour l’évaluation des mesures actuelles ou à venir de la PAC. Les présentations de l’atelier sont accessibles en ligne, sur le site CAPeye. Ce groupe de travail devrait être reconduit chaque année et permettre la constitution d’un réseau de partenaires européens sur le sujet.

L’économie expérimentale consiste à réaliser des « expériences » sur les choix ou les comportements des personnes, ce dans un cadre rigoureux inspiré des travaux en médecine et en psychologie. Elle permet par exemple d’étudier l’impact de différents types d’instruments économiques sur les décisions des individus. Plusieurs intervenants ont exposé les résultats de leurs travaux (impacts du verdissement, des mesures agro-environnementales et des nudges), dans ce domaine et discuté les défis méthodologiques et pratiques associés à cette méthode. Une table ronde s’est également tenue afin de présenter le point de vue des institutions : quelle recherche peut leur être utile et quelles sont leurs contraintes ? Comment les chercheurs peuvent-ils aider les décideurs publics dans la mise en place de politiques publiques ?

Parmi les nombreuses interventions académiques, Maria Espinosa (CCR) a présenté un projet de recherche visant à construire une méthode pour évaluer la valeur des externalités et des biens publics produits par l’agriculture européenne. Pour cela, elle a avec ses co-auteurs divisé l’Union européenne en 13 macro-régions et identifié pour chacune les biens publics produits. Ils ont ensuite utilisé des expériences dites de « choix discrets » pour évaluer le consentement à payer des citoyens pour ces biens publics. Les résultats de cette évaluation, pour chaque macro-région et chaque bien public identifiés, ont été publiés dans la revue Land Use Policy et constituent ainsi une boîte à outils mobilisable dans d’autres projets.

Estelle Midler, Centre d’études et de prospective

Lien : université d’Angers – GRANEM

image_pdfimage_print