Un rapport de la Banque mondiale sur le rôle de l’agriculture et de la PAC dans la réduction de la pauvreté dans l’Union européenne

La Banque mondiale a publié en novembre une analyse macro-économique du rôle de l’agriculture dans la lutte contre la pauvreté dans l’Union européenne (UE). Pour mener cette étude, les auteurs se sont basés sur des données de la Commission européenne, dont le RICA européen (FADNFarm Accountancy Data Network). En préalable, ils notent que si l’UE s’est globalement remise, sur le plan économique, de la crise financière de 2008, les inégalités entre les territoires et la pauvreté (mesurée par rapport au revenu médian) restent plus élevées qu’avant cette période (figure ci-dessous). Toutefois, les revenus agricoles ont convergé plus vite que les autres types de revenus, entre États membres, indiquant, dans ce secteur, une plus grande réduction des inégalités entre territoires européens.

Évolution d’indicateurs de pauvreté dans quatre zones européennes de 2003 à 2014 : taux de pauvreté relatif calculé par le revenu médian (à gauche) et PIB par habitant (à droite)

PAC1.jpg

Source : Banque mondiale

Lecture : les pointillés rouges marquent la crise de 2008.

Ils montrent ensuite que les fonds de la politique agricole commune (PAC) (2007-2011) ont bénéficié aux zones monétairement les plus pauvres de l’UE, mais de façon variable selon les pays. Si l’Espagne, la Roumanie ou le Portugal ont orienté toutes les aides vers leurs régions à haut niveau de pauvreté, la France, la Pologne, l’Allemagne ou encore l’Irlande ont plutôt fait l’inverse. Une analyse économétrique indique que la PAC a eu un effet globalement positif sur la réduction de la pauvreté, en particulier son second pilier. Les résultats montrent aussi que la pauvreté est plus élevée dans les foyers agricoles comptant le plus d’individus, et que les ménages ayant des activités diversifiées (en agriculture et dans d’autres secteurs), se portent économiquement le mieux. Quant à ceux dépendant uniquement d’un revenu agricole, ils s’en sortent mieux si leur activité est spécialisée sur certaines productions, en particulier les céréales.

In fine, les auteurs croisent l’ensemble de leurs résultats (figure ci-dessous). Ils concluent qu’en France, aux Pays-Bas ou en Allemagne, l’agriculture et les paiements de la PAC ne sont plus liés aux personnes et aux zones pauvres, témoignant de l’aboutissement de la transformation structurelle : l’agriculture a rempli son rôle de réduction des inégalités territoriales. En revanche, en Espagne, au Portugal, en Grèce et en Italie, la pauvreté demeure en dépit de l’attribution des fonds aux zones les plus pauvres, ce qui témoigne pour la Banque mondiale d’une certaine inefficacité dans leur allocation. Enfin, des pays comme la Lettonie pourraient réduire la pauvreté en orientant plus leurs fonds vers les zones les plus démunies.

Répartition des pays selon leurs liens entre pauvreté, PAC et agriculture

PAC2.jpg

Source : Banque mondiale

Lecture : l’axe des abscisses figure l’association entre pauvreté et agriculture, l’axe des ordonnées celle entre pauvreté et paiements de la PAC. Les pays dans le cadran en bas à gauche ont une association faible entre tous les indicateurs : l’agriculture et les paiements de la PAC ne sont pas liés à la pauvreté. À l’inverse, dans les pays du cadran en haut à droite, l’agriculture se fait dans des régions pauvres, lesquelles sont les plus soutenues par la PAC.

Vanina Forget, Centre d’études et de prospective

Source : Banque mondiale

image_pdfimage_print