Où pâturer ? Le pastoralisme entre crises et adaptation, Anne-Marie Brisebarre, Guillaume Lebaudy, Pablo Vidal González (dir.)

Paturer.jpg

En octobre 2016 se tenait à Valence, en Espagne, un colloque d’anthropologie sur les transhumances. Où pâturer rend aujourd’hui compte de ces travaux. Cet ouvrage collectif, proche du format « revue », est découpé en trois parties inégales, et le lecteur y trouvera de riches aperçus sur les évolutions récentes du pastoralisme.

Les textes de la première partie (« Le dossier ») éclairent cinq questions majeures. En premier lieu, la contribution environnementale des troupeaux est évoquée à propos des paysages des Cévennes. Les déplacements des moutons ont façonné des agroécosystèmes et un patrimoine culturel qui font aujourd’hui l’objet d’une intense mise en valeur touristique. L’impact des nouvelles technologies sur les conditions de travail, traditionnellement marquées par l’isolement et la solitude, est ensuite évoqué à propos de la région de Valence. Le cas des éleveurs kurdes permet, quant à lui, d’éclairer les multiples enjeux identitaires du nomadisme. Les enjeux humains de la mondialisation sont illustrés avec les pasteurs roumains venus garder les moutons en Italie – une « ethnicisation professionnelle » sur laquelle les tenants de la patrimonialisation du métier ont tendance à fermer les yeux. Enfin, un chapitre est consacré à la question des savoirs et des connaissances, à partir de terrains en Roumanie. Le berger apparaît comme une figure ambivalente, entre « l’idiot et le savant », « mystérieux connaisseur, capable de s’adapter au changement depuis des millénaires ».

La partie centrale, intitulée « Bouger pour s’adapter », navigue entre ces différents thèmes, en abordant parfois explicitement des questions de politiques publiques. C’est le cas d’un chapitre sur une réforme du cadre légal de l’élevage agro-pastoral au Kirghizistan. La « loi sur les pâturages » de 2009, malgré des objectifs louables (encourager la mobilité pour « limiter la dégradation des pâturages proches des villages »), apparaît trop « plaquée » et insuffisamment participative. D’autres contributions éclairent la situation au Kazakhstan, au Maroc, dans les Pyrénnées catalanes, etc. Enfin, l’ouvrage se termine par trois brefs textes sur la question du loup et de la difficile cohabitation avec l’élevage extensif.

Florent Bidaud, Centre d’études et de prospective

Source : Éditions Cardère

image_pdfimage_print