Raisonner sur les blés. Essais sur les Lumières économiques, Steven L. Kaplan

Kaplan.jpg

Il n’y a pas de débat agricole et alimentaire qui ne pose, à un moment donné, la question des rapports entre État et marché, entre intervention publique et libre-échange. Cette alternative, loin d’être nouvelle, s’est clairement exprimée au milieu du XVIIIe siècle au sujet du commerce des grains, devenant la matrice des oppositions ultérieures entre partisans de la régulation et défenseurs du laissez-faire. Ce clivage est même consubstantiel au développement de l’économie politique, puis de la science économique.

C’est ce que montre S. Kaplan, le plus français des historiens américains. Arrivé chez nous en 1962, il consacra sa thèse au pain (Bread, Politics and Political Economy in the Reign of Louis XV, 1976), avant de publier une quinzaine d’ouvrages majeurs, principalement centrés sur la France des Lumières, la généalogie des idées, le monde du travail et l’alimentation.

Après une longue introduction qui pose les bases théoriques et empiriques de la recherche, l’ouvrage est constitué de chapitres consacrés aux grands protagonistes de cette bataille intellectuelle autour du blé : Lemercier de la Rivière et Turgot pour les physiocrates, Galiani, Diderot, l’abbé Roubaud et Necker pour les anti-physiocrates partisans de la « police des grains ».

Au lecteur patient, ce gros livre érudit, plein d’humour, écrit dans une langue raffinée par un conteur hors pair, montre à chaque page que l’histoire n’est pas dépassée, ou du passé, mais un carnaval de leçons vivantes facilitant la compréhension du présent.

Lien : Éditions Fayard

image_pdfimage_print