OGM vs « super-mauvaises herbes » : la résistance s’organise

Food & Water Watch vient de publier une étude intitulée Superweeds. How biotech crops bolster the pesticide industry (Super-mauvaises herbes. Comment les cultures biotech renforcent l’industrie des pesticides). Exploitant des données de l’USDA et de l’EPA (Environmental Protection Agency), l’ONG entend démontrer, chiffres à l’appui, les effets pervers de l’introduction aux États-Unis de cultures OGM tolérantes aux herbicides.

Après un décollage rapide dans les années 1990, les OGM « round-up ready » rencontreraient de nouvelles résistances, ce qui engage les agriculteurs dans des spirales de traitements, et l’industrie phytosanitaire dans la mise au point de variétés résistantes à d’autres produits et molécules que le glyphosate (dicamba, isoxaflutole, acide 2,4dichlorophénoxyacétique, etc.).

L’étude évalue les différents « coûts » liés à cette évolution, et débouche sur des recommandations à l’USDA sur sa politique d’homologation des cultures OGM et des mesures d’accompagnement souhaitables (sensibilisation des agriculteurs, financement de la recherche sur des réponses alternatives, etc.).

 Florent Bidaud, Centre d’études et de prospective

 

Source : Food & Water Watch , Discussion en Français

 

image_pdfimage_print