Évaluation des Programmes de développement rural 2014-2020 sur le transfert de connaissances, le conseil et l’innovation

Alors que la prochaine programmation de la Politique agricole commune (PAC) est en cours de négociation, la Commission européenne a récemment mis en ligne une évaluation des Programmes de développement rural (PDR) sur l’échange de connaissances, le conseil et l’innovation dans les secteurs agricole et forestier, et dans les zones rurales. Ce travail comportait seize questions évaluatives portant sur la logique d’action, l’efficacité, l’efficience, la pertinence et la cohérence des mesures déployées. Il a mobilisé une grande diversité de méthodes qualitatives (revue de littérature, entretiens avec les parties prenantes, enquêtes auprès de bénéficiaires, études de cas) et quantitatives (analyse de données).

L’évaluation montre que la part des budgets des PDR consacrée au transfert de connaissances, au conseil et à l’innovation, bien qu’en augmentation par rapport à la précédente programmation, demeure faible (en moyenne 3,68 % du budget total). De plus, les ressources allouées sont peu mobilisées, en raison de lourdeurs administratives. Pour autant, ces actions semblent avoir des résultats prometteurs : le nombre d’heures de formation dispensées et celui d’agriculteurs formés par euro dépensé sont en augmentation au niveau européen. Plus spécifiquement, l’évaluation met en exergue le succès du Partenariat européen pour l’innovation (PEI), qui vise notamment à réunir chercheurs, conseillers et agriculteurs au sein de groupes opérationnels : l’objectif de 3 200 groupes devrait être atteint d’ici la fin de la programmation. Les impacts de ces dispositifs sont toutefois difficiles à apprécier et ils demeurent vraisemblablement faibles : les études de cas montrent qu’ils ne touchent qu’une petite partie des professionnels.

En conclusion, les auteurs formulent douze recommandations. Plusieurs d’entre elles visent à élargir le périmètre des agriculteurs touchés par ces mesures afin d’en renforcer les effets, par exemple : garantir l’accès de tous à un service de conseil, en mobilisant pour cela les ressources financières nécessaires ; concevoir des dispositifs spécifiquement dédiés aux publics éloignés des dispositifs classiques.

Mickaël Hugonnet, Centre d’études et de prospective

Source : Commission européenne

image_pdfimage_print