Une évaluation de l’impact des acquisitions foncières à grande échelle sur la sécurité alimentaire des pays cibles en Afrique

Depuis les années 2000, certains « pays en développement » sont la cible d’investisseurs visant à acquérir ou louer de larges étendues de terres agricoles. Dans un article publié dans World Development, trois chercheurs analysent ce phénomène qui suscite des interrogations quant à ses implications socio-économiques et environnementales, et est parfois présenté comme un moyen d’améliorer la productivité agricole et la sécurité alimentaire des pays cibles.

Pour l’évaluer, les auteurs ont analysé les transactions foncières à grande échelle recensées en Afrique, depuis 2000, dans la base de données Land Matrix. Au total, près de 500 transactions dans 38 pays africains ont été étudiées. Les auteurs ont d’abord estimé le niveau de sécurité alimentaire des pays cibles au regard des quatre critères utilisés par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) : disponibilité, qualité et accessibilité de l’alimentation, stabilité des approvisionnements. Ils ont ensuite identifié le « critère prioritaire », c’est-à-dire celui qui était le plus dégradé. Enfin ils ont répertorié, pour chacune des transactions, la production envisagée (cultures alimentaires, polyvalentes ou spécifiquement de rente) et le débouché (marché local ou export). Sur cette base, ils ont déterminé le critère de la sécurité alimentaire que les investissements étaient le plus susceptible d’améliorer. En effet, une transaction associée à une production destinée aux marchés locaux permettra vraisemblablement de renforcer la disponibilité de l’alimentation dans le pays cible. A contrario, un investissement impliquant des cultures de rente destinées à l’export permettra probablement au pays cible d’accumuler des devises, et donc de renforcer sa capacité d’importation pour faire face à l’instabilité de ses propres approvisionnements.

Les auteurs montrent que, dans 14 pays, les transactions à grande échelle ne contribuent pas de manière appropriée à la sécurité alimentaire du pays cible, car elles améliorent un critère non prioritaire. Seuls 7 pays voient leur sécurité alimentaire renforcée de façon adéquate (figure ci-dessous). Dans ces conditions, les auteurs estiment que les investissements à grande échelle, tels qu’ils sont actuellement pratiqués, sont peu susceptibles d’améliorer la sécurité alimentaire des pays cibles.

Contribution des investissements à grande échelle à la sécurité alimentaire des pays cibles en Afrique

foncier .jpg

Source : World Development

Mickaël Hugonnet, Centre d’études et de prospective

Source : World Development

image_pdfimage_print