Comment améliorer la durabilité des élevages aquacoles ?

Au niveau mondial, l’aquaculture produit de nos jours plus de biomasse que l’élevage bovin, mais cette production a des effets négatifs pour l’environnement. En juin 2020, des chercheurs ont publié, dans la revue World Aquaculture Society, un article sur les leviers d’amélioration de sa durabilité. Pour eux, l’atteinte de cet objectif passerait par une intensification des systèmes visant à optimiser l’utilisation des intrants et à en limiter les pertes. Outre les questions de traçabilité des produits et de transparence des process de production, l’article se concentre sur les volets environnemental (intrants et infrastructures) et économique de la durabilité.

L’alimentation est un levier de première importance. Les efforts pour diminuer la quantité de poissons sauvages entrant dans la composition des aliments pour espèces carnivores devraient être amplifiés, afin de limiter la compétition avec l’alimentation humaine. Pour améliorer l’acceptation de protéines de substitution (ex. : végétales) par les animaux, la sélection génétique s’avère également une piste intéressante. Peu d’espèces sont en effet domestiquées, comme l’est le saumon, avec un cycle de vie entièrement maîtrisé et une reproduction ne dépendant plus de l’introduction d’individus sauvages. La sélection permettrait pourtant une meilleure adaptation aux conditions d’élevage : résistance accrue à certaines maladies, potentiel de croissance plus élevé, etc. En outre, les additifs alimentaires (probiotiques, enzymes, etc.) jouent un rôle essentiel pour améliorer l’efficacité et la durabilité des systèmes aquacoles, en renforçant le métabolisme des individus et la digestibilité des aliments.

Par ailleurs, les systèmes de production intégrés, qui combinent des espèces de différents niveaux trophiques, de régimes alimentaires variés, ou dont les déchets de l’une favorisent l’élevage de l’autre, sont, pour les auteurs, un outil puissant pour atteindre la durabilité de l’aquaculture. Enfin, la qualité de l’eau, sa réutilisation et l’aquaculture marine offshore sont d’autres leviers mobilisables, analysés également dans l’article.

Aurore Payen, Centre d’études et de prospective

Source : World Aquaculture Society

 

image_pdfimage_print