Présence d’antibiotiques dans le bassin hydrologique del Plata (Argentine)

Un article publié dans le numéro de décembre 2019 d’Environment International est consacré à la pollution du bassin hydrologique del Plata (le deuxième plus grand d’Amérique du Sud), par des antibiotiques utilisés dans les élevages intensifs bovin (feedlots) et avicole. L’étude, du Centro de Investigacion del Medioambiente (Universidad Nacional de La Plata / CONICET), porte sur trois molécules (monesin, lasalocide, salinomycine), utilisées comme facteurs de croissance accélérée et non pour le traitement de maladies. L’ingestion systématique par les animaux, via leur alimentation, dépasse leurs besoins physiologiques et se traduit par des rejets : jusqu’à 90 % de ces antibiotiques risquent ainsi de se retrouver dans l’environnement en tant que résidus. Le monesin est le plus fréquemment détecté et, quand il est en association avec la salinomycine, sa concentration est environ 70 fois supérieure dans la zone d’étude que dans d’autres cours d’eau de la région. Selon les auteurs, la situation est d’autant plus préoccupante qu’il n’existe pas de cadre législatif national concernant les niveaux de concentration des antibiotiques dans l’eau, ce qui complique la mise en place de politiques publiques.

Sites et fleuves étudiés

Antibiotiques.jpg

Source : Environment International

Lecture :

– pour les sites : AP :Alto Parana, GUA : Gualeguay, PAR : Parana, URU : Uruguay, BA : Saladillo, WL : marécages ;

– pour les fleuves : I : Paraná, II : Uruguay, III : Gualeguay, IV : De La Plata, V  : Saladillo.

Source : Environment International

image_pdfimage_print