La sécurité alimentaire européenne et française pourrait être améliorée tout en préservant davantage certaines ressources naturelles

L’intensification durable de l’agriculture apparaît de plus en plus nécessaire pour garantir la sécurité alimentaire tout en limitant le changement environnemental global. Des chercheurs de l’université d’Amsterdam ont publié un article sur ce sujet, dans la revue Global Environmental Change en janvier 2018. Ils y explorent, via une analyse cartographique, le potentiel d’intensification durable de l’agriculture européenne et évaluent l’impact de cinq mesures sur les zones à forts potentiels identifiées.

Dans le cadre conceptuel développé par les auteurs, la possibilité d’intensifier durablement l’agriculture à un endroit donné dépend des caractéristiques socio-économiques et environnementales de cette zone (voir figure ci-dessous). En particulier, les agriculteurs jeunes, mieux formés, propriétaires et travaillant sur de grandes exploitations, sont plus enclins à adopter des mesures innovantes d’intensification durable. Ils le sont également d’autant plus dans les régions où les consommateurs se sentent concernés par les questions environnementales et sont friands de produits biologiques et végétariens/végétaliens. Le potentiel d’intensification durable d’une zone dépend aussi des opportunités agronomiques inexplorées et de l’usage parfois sous-optimal des ressources naturelles (notamment en matière de rareté de l’eau et d’érosion des sols). Enfin, les cinq mesures étudiées sont la réduction des écarts inter-récoltes (périodes entre deux récoltes), le recours au non-labour, l’irrigation déficitaire, l’abandon de cultures non primordiales pour la sécurité alimentaire et la réduction des pertes alimentaires.

Cadre conceptuel développé pour évaluer le potentiel d’intensification durable de l’agriculture

Intensification1.jpg

Source : Global Environmental Change

Les résultats (voir figure ci-dessous) suggèrent que 34 % des terres arables européennes se situent dans des zones à fort potentiel d’intensification durable. Elles sont en France, en Italie et au Danemark. Pour l’Hexagone, cela s’explique par une population d’agriculteurs relativement jeune, qualifiée et travaillant sur de grandes exploitations, d’une part, et par un écart inter-récoltes élevé qui pourrait donc être réduit, d’autre part. Des progrès pourraient également être réalisés dans la gestion quantitative de l’eau. Enfin, les auteurs montrent que la mise en place de mesures d’intensification durable dans les zones à fort potentiel a un impact positif sur la production d’aliments (mesurée ici en calories) et sur l’utilisation des ressources (terres, eau et sols).

Zones à fort potentiel d’intensification durable de l’agriculture en Europe

Intensification2.jpg

Source : Global Environmental Change

Estelle Midler, Centre d’études et de prospective

Source : Global Environmental Change

image_pdfimage_print