Options pour accompagner l’agriculture européenne face au risque d’un Brexit dur

L’Union européenne a acquis, ces dernières années, une expérience dans la réponse à des chocs extérieurs qu’elle pourrait mettre à profit en cas de Brexit dur, impliquant de fortes perturbations du commerce avec le Royaume-Uni. Dans un rapport publié à l’occasion d’un atelier du Parlement européen et regroupant plusieurs analyses, l’économiste Alan Matthews consacre ainsi un chapitre à identifier les leviers mobilisables pour accompagner le secteur agricole si un tel scénario se produisait.

Les impacts négatifs seraient de divers ordres : réintroduction de tarifs douaniers, perte de l’accès préférentiel au marché britannique, hausse des coûts administratifs. Compte tenu des conséquences que cela aurait sur certaines filières agricoles, il serait nécessaire de combiner des mesures temporaires pour gérer le choc sur les marchés, avec des mesures plus structurelles pour aider les agriculteurs et les opérateurs à s’adapter. Les impacts étant différents selon les pays et les filières, les mesures générales de marché devraient aussi s’accompagner de mesures plus ciblées.

L’auteur préconise aussi de tirer les enseignements de la crise de l’embargo russe et de la crise laitière de 2014-2016. Il suggère notamment que les aides au stockage soient utilisées avec parcimonie, afin de ne pas retarder la reprise des cours. Le retrait des surplus, pratiqué sur les fruits et légumes frais, serait pertinent mais de manière transitoire. Des aides ciblées accordées par le biais d’enveloppes nationales, et sur la base d’un menu de mesures, permettraient de venir en aide en priorité aux États membres les plus affectés. L’application des mesures se ferait de façon différenciée, selon l’exposition de chaque pays au Brexit.

Au-delà des mesures conjoncturelles, il s’agirait également d’accompagner les agriculteurs vers une adaptation plus structurelle. L’auteur préconise pour cela de faciliter l’accès au conseil en élargissant le champ des dispositifs actuels, d’encourager la prise de risques pour investir de nouveaux marchés, à travers la mobilisation d’instruments financiers, et de renforcer les mesures de promotion dans les secteurs les plus touchés.

Alexandre Martin, Centre d’études et de prospective

Source : Parlement européen

image_pdfimage_print