Les géants de l’agroalimentaire dénoncent les biocarburants

Unilever et Nestlé ont rejoint plusieurs ONG pour dénoncer les politiques de soutien aux biocarburants. Dans une lettre adressée au Premier ministre britannique, David Cameron, les dirigeants des deux leaders mondiaux de l’agroalimentaire dénoncent les impacts négatifs du développement des biocarburants sur la sécurité alimentaire, en raison de leurs effets sur les prix. Citant des simulations des Nations unies, la lettre affirme que les objectifs d’incorporation pourraient provoquer des hausses de prix des denrées concernées de 20% à 36% d’ici 2020. Ces hausses de prix affectent, selon eux, la capacité des entreprises de l’agroalimentaire à fournir des produits à des prix abordables.

Par ailleurs, le président de Nestlé met en avant sur son blog l’impact négatif des biocarburants sur les ressources en eau, citant des travaux du Department of Energy américain, et rappelant les résultats d’une conférence organisée en 2012 avec l’International Institute for Sustainable Development (IISD) sur le sujet. Dans la lettre, signée également par les dirigeants d’Action Aid UK, OXFAM GB et WF-UK, ils demandent à M. Cameron, qui préside actuellement le G8, d’user de son influence au sein de cette instance pour sensibiliser les autres pays à cet enjeu.

Alexandre Martin, Centre d’études et de prospective

Sources :Financial Times , Nestlé 

image_pdfimage_print