Nouveaux modèles d’entreprises agricoles en Argentine

L’agriculture argentine doit sa croissance spectaculaire des deux dernières décennies aux nouveaux modèles d’entreprise qu’elle a créés et qu’elle pourrait exporter dans d’autres régions, selon le rapport de Rabobank New Models of Farming in Argentina.

Grâce à l’adoption des techniques agricoles performantes, des semences génétiquement modifiées, et des instruments de gestion les plus avancés, la production agricole du pays a pu afficher une croissance annuelle de l’ordre de 4,9% depuis le début des années 1990. Ces innovations ont permis la réduction de moitié des coûts de production, l’amélioration des rendements des cultures (notamment céréales et oléagineux) et l’expansion de la surface agricole totale. Profitant de la hausse des prix des matières premières agricoles dans les années 2000, le secteur a pu également bénéficier des flux de capitaux et des ressources humaines (agronomes) qui ont contribué à son dynamisme.

Mais les transformations majeures de l’agriculture argentine seraient attribuées selon ce rapport à l’émergence de nouveaux modèles d’exploitation qui se distinguent des modèles agricoles traditionnels où l’agriculteur possède la terre, la travaille et prend les décisions techniques et stratégiques. L’Argentine a vu émerger des formes d’organisations agricoles qui centralisent les activités de gestion et les ressources productives, permettant aux agriculteurs d’opérer sur de vastes superficies agricoles sans nécessairement acheter la terre ou l’équipement.

Le rapport présente trois modèles d’entreprises agricoles en Argentine dont les facteurs de croissance reposent sur des méthodes de gestion hautement performantes mais dont le profile varie en fonction du capital investi, du niveau de risque pris ou du revenu attendu… L’analyse conclut que, parmi ces modèles, les plus performants en termes de risque/revenu sont ceux qui combinent propriété et location de la terre. Selon Rabobank, le succès des entreprises argentines fait qu’elles chercheraient à exporter leurs modèles dans des régions où les réserves en terre sont abondantes en l’occurrence en Afrique ou en Mer Noire.

Hiba el Dahr, Centre d’études et de prospective

image_pdfimage_print