Le manioc offre de fortes opportunités pour l’adaptation au changement climatique

Des chercheurs du Centre international d’agriculture tropicale, basé en Colombie, ont mis en évidence dans une publication scientifique que le manioc pouvait être le meilleur pari pour les agriculteurs africains menacés par le changement climatique, du fait de sa productivité à hautes températures et de sa capacité à croitre dans des sols pauvres et par manque d’eau. Sous différents modèles expérimentés par les chercheurs, le manioc a montré de meilleures performances que la pomme de terre, le maïs, le haricot, la banane, le millet et le sorgho. L’étude précise que le manioc est la deuxième source la plus importante d’hydrates de carbone en Afrique sub-saharienne après le maïs et qu’il est consommé par environ 500 millions de personnes chaque jour.

Les auteurs soulignent également qu’il est nécessaire de relancer la recherche sur le manioc, qui n’a pas bénéficié de la même attention que le maïs ou le riz, et notamment en ce qui concerne les moyens permettant de lutter contre les maladies et les ravageurs.

Source: Lettre Hebdo Afdi, 385

 

image_pdfimage_print